LA VALLEE DES FORGES : UN SITE REPRESENTATIF DE LA REVOLUTION INDUSTRIELLE / THE FACTORY-CITY

 

Depuis longtemps utilisée pour son énergie douce par les meuniers et les papetiers, la rivière Semène devient à partir du milieu du XIXe siècle le moteur d'un actif foyer de production industrielle, avec la dissémination d'ateliers et de forges qui investissent sept sites distincts. C'est la genèse du village-usine de Pont-Salomon, qui forgea son histoire sur la fabrication de faux et faucilles.
 
De cette époque jusqu'à l'arrêt définitif de la fabrication des faux en 1998, les techniques de production n'ont jamais été modernisées en profondeur, ce qui explique aujourd'hui la pérénité d'ateliers, de machines, d'outils et de batiments particulièrement représentatifs du XIXe siècle industriel.
 
Autre intérêt de ce site : la préservation d'un village-usine issu d'une volonté patronale liant intimement habitat, école, loisirs et lieu de culte à l'activité professionnelle. L'entreprise s'est non seulement muée en aménageur du territoire, mais est également à l'origine de la création de la commune et de la paroisse de Pont-Salomon !
 
 
AU CŒUR DE LA FORGE
" In the heart of the ironworks "
 

 

 

Le martinet hydraulique / The hydraulic tilt hammer


Une batterie de martinets hydrauliques est formée d'une roue à augets qui entraîne deux roues à cames mettant en mouvement deux marteaux. Ceux-ci frappent le métal rouge sortant du four. Seigneur de la forge, le platineur façonne son ébauche (ou couteau) au rythme des battements du marteau (cliquez sur la photo pour les entendre!).

The hydraulic tilt hammer is made of a bucket wheel, driving two cam wheels, themselves driving two hammers. They hit the red metal just removed from the furnace. The Lord of the forge - the man who flattens the steel under the tilt hammer - makes his " string " (or knife) by following the beat of the hammer (click on picture to heard it!).

 

Le four (vue d'ensemble) / The furnace


Le chauffeur porte le métal à la bonne température dans le four qu'il alimente par 600 pelletées de charbon de forge quotidiennes. L'ambiance y est torride et bruyante (nécessité de boire jusqu'à 5 l d'eau par jour).

A man called the " heater lad " brings the metal to the right temperature in the furnace, which he feeds with six hundred coal shovelfuls a day. The atmosphere is scorching and noisy (the workmen had to drink up to five litres of water a day)

 

L'aiguiserie /Sharpen workshop

Voisine de l'atelier de platinage (ou platinerie), l'aiguiserie comportait deux meules mues par l'énergie hydraulique.

The grindstone, near the tilt hammer workshop.

 

LES ÉTAPES ÉLÉMENTAIRES DE FABRICATION D'UNE LAME DE FAUX
" The main scythe blade making processes "
 


Dans l'atelier règne une division des tâches propre au monde industriel. Chacun offre son savoir-faire dans une longue chaîne d'opérations qui permet la fabrication d'une lame de faux.

In the workshop, the division of tasks is typical of the industrial world. Everyone brings his skill in a long chain making the manufacture of a scythe blade possible. ( - process - definition) :

 

Opération/Process  

Définition 

Découpage du lopin

 Cutting of the mood 

L'ouvrier sectionne la barre d'acier (5m) en 4 lopins, chacun donnant 4 faux finies.

The worker cuts the five meter steel bar into four "moods" (for 4 scythes). 

 

Etirage du couteau

Drawing out of the string 

A l’aide du marteau, l’étireur forme 4 couteaux (lame, talon, manche) à partir de chaque lopin d’acier.  

Under the tilt hammer, the worker makes four strings (or knifes) - blade, heel, tang - from each "mood" of steel. 

 

Forgeage du manche

Forging of the tang 

Le forgeur étire le manche sous le marteau. Puis, il le cintre et façonne le bouton sur une enclume. 

The metal worker draws out lengthwise the tang. Then, he bends it and work the "button" on anvil. 

 

Platinage du couteau  

Flattening of the string  

En 4  passes  (chaudes) le platineur donne au couteau sa largeur presque définitive et sa forme.  

 

Four heating processes necessary to the plating worker to give the string its pratically finished width.

   

Relevage 

 

Raising process 

L’ouvrier redresse sur une enclume la partie supérieure de la lame (côte).

The worker raises on an anvil the top part of the blade. 

 

Cisaillage

Shearing of the blade  

 

La lame est coupée à la largeur précise de la faux. 

 

The blade is cut to the precise width of the scythe.

Trempe

 

 

Hardening and tempering 

 

 

A 800°C, la lame est trempée dans un bain d’huile. Cette trempe douce lui assure dureté et élasticité.

At 800°C, the blade is plunged into oil. Hardening and tempering ensured that the metal was sufficiently hard while retaining the necessary pliability.

 

Finissage

Finishing 

L’ouvrier corrige les derniers défauts.

 

 

The worker corrects the last defects.

 

VIVRE À PONT-SALOMON AU XIX E SIÈCLE
" Living in Pont-Salomon in the nineteenth century "
 

 

L'église / The church

"Je crois à la nécessité d'une religion pour le maintien de l'ordre social…"
Saint-Simon (1760-1825).

"I believe that religion is necessary for the maintenance of social order..."
Saint-Simon (1760-1825)

 

La Caserne / The "barracks"

56 familles d'ouvriers y étaient logées. Au rez-de-chaussée de ce batiment long de 100 mètres, construit en 1855, prenaient place également les écoles (jusqu'en 1916),  la chapelle (jusqu'en 1872), ainsi que la coopérative de consommation "La Gerbe" (de 1916 à 1976). 

Fifty-six families of workers were living there. In the basement of this building, were the schools (until 1916), the chapel (until 1872), and the cooperative store "La Gerbe" (1916 to 1976).

 

Jardin ouvrier / Allotments


"Toute maison de la Cité doit avoir dans sa dépendance, en cours et jardins, au moins autant de terrain vacant qu'elle en occupe en surface de bâtiments" Charles Fourier (1772-1837).

"Each house in the City must have in its outbuildings, yards and gardens, at least as much land as the surface used by buildings", Charles Fourier (1772-1837).

 

 

 

 Bannière de la fanfare fondée en 1866 / Brass band banner

 

Reconstitution d'une classe début XXe / Classroom

Issue des courants de l'utopie sociale du XIX e siècle, la cité pontoise s'est organisée autour d'une conception sociale avancée. Les " maîtres de forge " se substituent à l'Etat pour concevoir et diriger l'entreprise et la ville qui ne font qu'un, puisant l'inspiration sociale chez Saint-Simon, Fourier, Considérant

Born from the philosophy of the nineteenth century social utopia, the town of Pont-Salomon organized itself into an advanced social conception. The ironmasters take the place of the " State " to conceive and manage the company and the town that form a unit, finding social inspiration from Saint-Simon, Fourier, Considérant....

 

Pont-Salomon, une commune rurale cosmopolite : l'usine fait appel à une main-d'œuvre étrangère : Emile Harpp d'Hers-Feindgabilk (Allemagne) est platineur en 1850 - Costa Boschetti de Montgrando (Italie), finisseur en 1857 - Aloïs Hollwarth du Tyrol (Autriche), releveur en 1856.
Au XXe siècle, l'usine fera appel à des Espagnols, puis à des Portugais dans les années 1970.

Pont-Salomon, a cosmopolite rural town : the company employs foreign workers : Emile Harpp from Hers-Feindgabilk (Germany) is a " plating man " in 1850 - Costa Boschetti from Montgrando (Italy) is responsible for the finishing process in 1857 - Aloïs Hollwarth from Tyrol (Austria) is in charge of the raising process in 1856. At XXe century, Spanish, afterwards Portuguese workers (1970) settled in Pont-Salomon.

 

 

DECOUVREZ L'INVENTAIRE ARCHITECTURAL DE LA VALLEE DES FORGES REALISE PAR LA DRAC AUVERGNE EN CLIQUANT SUR LE LIEN SUIVANT :

Inventaire architectural de la Vallée des forges

(Une fois la page ouverte, cliquez sur "rechercher")

Crédit illustrations : © Association Vallée des forges / R. Aulagner

 

 

 

 

 

expand_less